Programme – Edition 2018

Pelllicule

Mardi 16 octobre 2018

Projections à la Maison des Sciences de l’Homme

4 rue Ledru, 63000 Clermont-Ferrand

14 h-16 h           Les inconnus de la terre, de Mario Ruspoli

1961, 60’

1961 : aux prémisses de la modernisation de l'agriculture, le cinéaste italien, lozérien par sa femme, Mario Ruspoli rencontre, dans des hameaux isolés, des personnages et des familles d'habitants et de paysans pauvres de Lozère (Aubrac, Margeride, Mont-Lozère, Causses et Cévennes). Personnages singuliers, attachants, filmés dans dans leurs maisons, sur le pas de leur porte et aussi au travail.

 

16 h-18 h          L’étrave et le baliveau, de Jean-Christophe Monferran

1994, 27’

Le Massif central, ce sont aussi "ses" hivers. Sur le Plateau ardéchois, comme partout ailleurs sur les hautes terres du Massif, chaque année, l'isolement est alors accentué par les chutes de neige. Ce sont les déneigeurs, les hommes de la D.D.E. que l'on voit et que l'on suit au travail sur leurs étraves, jour après jour, de hameau en village, aux prises avec la neige et les congères qui ferment les routes

 

———————————————————————————

Projection à Billom

Salle du Moulin de l'Etang, 63160 Billom

20 h-22 h           Les Camisards, de René Allio

1972, 1 h 48

Juillet 1702. A la suite de la révocation de l’Edit de Nantes, en 1685, les Camisards, protestants français (huguenots) des Cévennes, simples paysans ou artisans, se révoltent. La guerre avec les Dragons du roi est sans pitié. La mémoire de cette guerre de religion perdure encore de nos jours.

Débat animé par Olivier Perrier, acteur, et Marguerite Vappereau, maître de conférences en histoire du cinéma

 

Mercredi 17 octobre 2018

Projections à la Maison des Sciences de l’Homme

4 rue Ledru, amphi 219, 63000 Clermont-Ferrand

14 h-16 h           Transhumance ovine, d’Anne Marie Brisebarre

1971, 24’

Les bergers des Cévennes méridionales ont su créer un équilibre entre leurs coutumes et les exigences de l’élevage ovin moderne. Le film illustre les différentes étapes de cette petite transhumance locale et présente les gestes qui s’y rattachent.

16 h-18 h          Je vais voir mes vaches, de Jean-Pascal Fontorbes et Anne-Marie Granié

                           2009, 42’

Le portrait d’André Valadier est abordé dans son rapport au terroir et au territoire de l’Aubrac. N’est pas éleveur qui veut et où on veut. Le rapport au paysage, au temps, à la famille, au troupeau, les traces des pas de l’homme et des vaches, les gestes, les regards rendent compte de cette complicité homme-territoire.

———————————————————————————

Animation et projection à l’UFR Lettres, Culture et Sciences Humaines

29 boulevard Gergovia, salle Agnès Varda, 63000 Clermont-Ferrand

20 h-22 h 30    Contes et récits du monde rural présentés par l’association Collectif oralité Auvergne

                        La ligne de partage des eaux, de Dominique Marchais

2014, 1 h 24

Nous suivons le parcours de la Vienne, de sa source sur le plateau de Millevaches jusqu’à l’estuaire de la Loire. Sur les pourtours de la rivière l’eau est partout : dans les sols, les nappes, dans l’air, les salles de réunion et les chantiers. La ligne de partage des eaux est tout à la fois cette ligne géographique qui partage des bassins versants et des groupes qui ont quelque chose en partage : de l’eaux, un territoire, un paysage.

e
Personnes connectées : 1